Back to top

Les différents types de partenariats avec l’IAE

Les structures d’Insertion par l’activité économique (IAE) sont des organisations locales, proposant des emplois non délocalisables à des personnes éloignées du marché du travail classique. Elles participent, par leurs activités, au développement économique territorial. Les différents partenariats qu’elles peuvent mener avec les acteurs publics et privés leur permettent de renforcer leur action.

Différents types de partenariats sont intéressants à mettre en place avec les structures d’insertion par l’activité économique (SIAE), répondant à des objectifs variés : responsabiliser ses achats, se positionner sur des marchés intégrant des clauses sociales d'insertion, développer l'économie locale en co-créant des activités sur son territoire, recruter des salariés, etc.

Responsabiliser ses achats
Les achats socialement responsables

Les achats auprès de ces structures peuvent être valorisés, au même titre que la sous-traitance auprès du secteur adapté et protégé, dans les politiques d’achats socialement responsables.

Le soutien à l’emploi local est en effet une dimension de responsabilité sociétale de plus en plus importante dans ce type de démarche. Inscrivant leur action dans la lutte contre le chômage et les exclusions, les SIAE sont des partenaires pertinents dans ce cadre.

57 % des responsables achats indiquent ainsi favoriser à travers leurs achats "l’emploi dans le bassin d’emploi local" (Source : "Baromètre 2015 des achats responsables").

Les achats éco-responsables

Les SIAE peuvent également répondre aux besoins des acheteurs dans le champ environnemental. En effet, historiquement, de nombreuses SIAE se sont développées dans le secteur de la gestion et de la prévention des déchets. Par exemple, le réseau ENVIE, spécialisé dans la filière des déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE), existe depuis 1989.

Plus récemment, les SIAE se sont illustrées dans l’upcycling et, de manière générale, dans des dynamiques entrepreneuriales autour de l’économie circulaire. Quelques exemples : Extramuros, API UPDeco’stumes, Gammes, etc.)

Par ailleurs, de nombreuses structures sont partenaires des éco-organismes, qui pilotent l’organisation de la collecte de certains types de déchets. C’est le cas par exemple d’Emmaüs avec ECO-TLC (textile), le réseau ENVIE et Juratri avec Eco-systèmes (DEEE) et ARES avec Valdelia (mobilier). Les acheteurs publics et privés peuvent avoir recours aux structures d’insertion référencées par ces éco-organismes pour collecter leurs déchets et répondre à leurs obligations en la matière.

Anaëlle Dugué, coordinatrice RSE au sein de la direction des Achats, Groupe Société Générale
Fin 2011, nous avons commencé à travailler sur les possibilités de traitement de notre mobilier en fin de vie. Nous avions en tête qu’en 2013, une nouvelle législation sur le recyclage de l’ameublement professionnel verrait le jour. Pour l’anticiper, nous avons rencontré différents prestataires dont une entreprise d’insertion francilienne. En 2012, nous avons signé un contrat de 3 ans avec elle. Celle-ci assure la récupération de l’ensemble du mobilier de bureaux, le transport dans les points de collecte et la revalorisation des matériaux.
Répondre en partenariat à des marchés publics
Les clauses sociales d’insertion

Un nombre conséquent de marchés publics intègre des critères sociaux, plus spécifiquement appelés les clauses sociales d’insertion. Ce dispositif se développe également dans les appels d’offres privés, les entreprises étant de plus en plus attentives aux pratiques de leurs prestataires en matière sociale.

Les entreprises, lorsqu’elles sont dans une démarche de responsabilité sociétale, peuvent prévoir que leurs fournisseurs réalisent des actions d’insertion dans le cadre de leurs marchés.

Le guide "Militer pour la bonne clause" du Lab’Ho présente par exemple dans ses annexes des modèles de clauses sociales utilisées par le Groupe SEB ou Coliposte dans ses marchés.

Un argument commercial

Les acteurs privés qui se positionnent sur ce type d’appels d’offres doivent apporter des réponses adaptées. Développer des partenariats avec les SIAE est souvent une réponse pertinente. Dans le cadre de la rénovation urbaine par exemple, une heure d’insertion sur deux est réalisée par une structure d’insertion.

Coopérer avec l’IAE peut devenir, pour une entreprise qui soumissionne à des marchés intégrant des critères sociaux, un réel argument commercial différenciant.

Arnaud Habert, directeur général délégué de ViE
Fin 2008, nous avons commencé à réfléchir au projet ViE (société spécialisée dans l’ingénierie d’insertion), partant du constat que VINCI avait besoin de s’outiller, d’accompagner ses filiales dans la mise en œuvre des clauses sociales. Nous travaillions déjà avec des entreprises de travail temporaire d’insertion (ETTI) en Île-de-France, mais nos réflexions ont porté sur les modalités de l’élargissement du panel des structures avec lesquelles nous pouvions développer des collaborations dans le cadre des clauses sociales. Cette démarche nous apporte une réelle différenciation vis-à-vis de nos concurrents lorsqu’il s’agit de répondre à un marché public intégrant des clauses sociales.
Co-créer des activités économiques
La définition de la co-création, selon Ashoka : "des modèles de collaboration innovants qui mettent en commun les forces des différentes parties prenantes de notre société (société civile et entrepreneurs sociaux, entreprises privées et/ou pouvoirs publics), dans le cadre de partenariats gagnant-gagnant, pour répondre efficacement et avec force aux défis sociaux et environnementaux".
PTCE & clusters

Clusters, grappes d’entreprise, pôles territoriaux de coopération économique (PTCE), starts-up de territoire, etc., de nombreuses structures d’insertion s’impliquent dans des activités économiques locales construites en partenariat avec des entreprises ou des collectivités.

Quelques exemples : Le Phares en Île-de-France, la marque Made in Romans initiée par le Groupe Archer, le cluster Jura à Conliège ou encore Valorg à Strasbourg (vidéo ci-dessous). 

La joint-venture sociale

La co-création d’activité peut aller jusqu’à la joint-venture sociale : une entreprise classique s’associe à une structure d’insertion pour investir dans une entreprise de l’économie sociale et solidaire commune.

C’est le cas notamment pour La Petite Reine, une entreprise d’insertion sous forme SAS créée en 2001 dans le domaine de la logistique intra-urbaine. Il s’agit d’une joint-venture entre le groupe Ares et le Groupe Star’s Service.

En vidéo
L’exemple de VALORG : un cluster associant une entreprise d’insertion, une collectivité et une entreprise classique
Recruter de nouveaux collaborateurs
Les SIAE accompagnent et forment leurs salariés en insertion sur une durée de deux ans maximum. À l’issue de leur parcours, ces derniers ont donc acquis de nouvelles compétences, des savoir-faire et des savoir-être transférables sur le marché du travail classique. Ils cherchent alors à trouver un emploi durable.
Des partenariats RH

Certaines entreprises et collectivités locales construisent des partenariats RH avec les structures d’insertion (périodes d’immersion, visites des locaux, présentation des métiers, etc.) afin de recruter leurs salariés, notamment sur des postes en bas niveaux de qualification.

Des expérimentations en matière de GPEC

Les réseaux de l'IAE se mobilisent de plus en plus sur la question de la Gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC).

La FNARS a par exemple lancé récemment une expérimentation de médiation active, intitulée Sève - SIAE et entreprises vers l’emploi - afin de permettre aux structures d’insertion d’appuyer les entreprises dans leur GPEC. Le projet consiste à développer des relations durables entre les SIAE et les employeurs publics et privés de leur territoire.

David Lorrain, gérant de Recyclivre.com
Nous avons embauché deux personnes en fin de parcours d’insertion qui venaient de notre prestataire de l’IAE. Nous avions besoin de deux chauffeurs livreurs pour la collecte des livres. À chaque fois que l’on créé ou renouvelle un poste, je consulte mes partenaires. On connaît bien les personnes qui candidatent puisque notre fournisseur nous les recommande. Travailler avec une SIAE peut être un levier pour nos recrutements.