Back to top

Biocoop L’Epi Vert et les Jardins de Cocagne de Blois

Un partenariat réussi !

L’enseigne Biocoop a 30 ans et compte aujourd’hui 490 magasins. Parmi eux, le magasin L'Epi Vert a développé depuis plusieurs années un partenariat avec les Jardins de Cocagne de Blois pour agir sur l'emploi et l'insertion par l'activité économique.

Le partenariat en 8 questions
Questions à Cécile Singery, responsable de magasin Biocoop
Quelle est l’histoire de votre structure ?

Le magasin Biocoop L’Epi Vert à Blois, ouvre ses portes en mars 1993 et fait son entrée dans le réseau Biocoop. Il passe de 250 à 520 m2 entre 1993 et 2008, avec un agrandissement intermédiaire à 480 m2 en 2002. Nous avons 18 salariés à ce jour, dont 13 ETP. Un deuxième magasin Le Marché Bio s’est ouvert à Saint Gervais la Forêt en mars 2012.

Vous avez mis en place un partenariat avec les Jardins de Cocagne de Blois et votre magasin. Pouvez-vous nous en dire un peu plus. Comment est-il né ?

Un des engagements fondamentaux de Biocoop est de promouvoir et développer l’agriculture biologique locale. Nous avons une collaboration historique avec le Réseau Cocagne en tant que fournisseur LOCAL de Fruits et Légumes.

Par ailleurs, historiquement, en Loir-Et-Cher, Claude Gruffat, président de l’enseigne Biocoop et Thierry Hanon, Directeur des Jardins de Cocagne ont tissé une étroite collaboration.

 

En quoi consiste le partenariat ?

Depuis ma prise de fonction en 2013, nous avons tissés des nouveaux liens avec les Jardins de Cocagne de Blois autour de deux axes : l’organisation d’animations en magasin que l’équipe de Cocagne conduit pour communiquer auprès de notre clientèle sur le thème des solutions anti-gaspillage alimentaire. Et depuis deux ans, nous avons développé un nouvel axe dans la relation Cocagne-Epi Vert: l’emploi et la réinsertion.

L’Epi Vert, comme le Marche Bio, sont également deux points de dépôts historiques pour l’activité AMAP de Cocagne, avec une soixantaine de paniers déposés en magasin tous les jeudis.

Pourquoi s’engager sur l’axe emploi et réinsertion avec les Jardins de Cocagne de Blois ?

C’est un levier de recrutement pour le magasin. Une formation à la Bio est déjà effectuée via Cocagne. Les équipes de Cocagne constituent une source de compétences utiles, satisfaisant un besoin en personnel pour le magasin à un moment donné.

C’est également un tremplin vers le monde du travail pour ces personnes en recherche d’équilibre, un débouché nécessaire pour Cocagne dans son processus de réinsertion. Les personnes travaillant aux jardins de Cocagne sont sensibilisées à la Bio, aux enjeux et formés sur les fruits et légumes, des connaissances qui nous permettent de les embaucher en toute confiance.

Les « plus » d’un tel projet ?

Nous partageons de nombreuses valeurs communes. En tout premier lieu celle d’œuvrer au développement de l’agriculture biologique, mais également la volonté de participer aux initiatives locales visant un mieux-être social. S’engager auprès de Cocagne pour permettre à des personnes sorties de l’emploi de remettre le pied à l’étrier constitue un engagement plus que cohérent avec la démarche Biocoop.

L’enjeu social nous parle et « colle » totalement avec le projet sociétal proposé et défendu par Biocoop.

Quelles ont été les difficultés ?

Des parcours de vie, des « profil » sociaux, qui laissent parfois « transpirer » leur vécu aux yeux de l’entourage. Il faut soutenir leur intégration, notamment auprès de la clientèle. Les équipes sont au contraire très accueillantes et bienveillantes. En revanche, la clientèle de nos magasins n’est pas toujours des plus simples à apprivoiser. Il faut balayer les a priori !

En dehors du partenariat avec les Jardins, avez-vous recours à des structures d’insertion par l’activité économique pour d’autres types de prestations ? Si oui, lesquelles ?

Non, mais nous avons un autre partenariat avec un établissement et service d'aide par le travail (ESAT) notamment dans le maraîchage local (ESAT St Gilles).

Envisagez-vous d’autres types de partenariats avec des SIAE dans le cadre du développement de votre magasin ?

Nous construisons un nouveau magasin à Blois, pour déménager l’existant, trop isolé et manquant de parking. L’ouverture est prévue pour septembre 2018. Nous intégrerons le nouveau quartier « éco-exemplaire » de la ville de Blois, avec un bâtiment bois-paille visant le Label E+C- et une surface de vente de 680 m2, un institut de soins esthétiques biologiques comptant 3 cabines, une boulangerie bio, entre autres nouveautés ! Des perspectives d’avenir pour lesquelles nous ferons évidemment appel aux Jardins de Cocagne pour de potentiels recrutements !

En images