Back to top

De quoi parle-t-on ?

L’insertion par l’activité économique regroupe différents types de structures, les SIAE, dont l’objectif est de produire un impact positif sur l’emploi local. Il s’agit le plus souvent de TPE/PME, d’associations et de coopératives qui produisent des biens, des services, mettent à disposition du personnel ou œuvrent dans le domaine du travail temporaire. Ces entreprises de l’Économie sociale et solidaire, pionnières dans la lutte contre le chômage et les exclusions, constituent les partenaires de choix pour effectuer des achats socialement responsables.

Une brève histoire

L'insertion par l'activité économique (IAE) est née dans les années 1970 à l’initiative d'acteurs de terrain souhaitant favoriser l’autonomie et la mise en situation de travail de personnes éloignées de l’emploi. Pour autant, la reconnaissance institutionnelle des acteurs œuvrant dans ce champ et leur structuration se sont déroulées progressivement. En 1998, la loi d'orientation relative à la lutte contre les exclusions a permis d’inscrire leur action dans le code du travail.

Article L5132-1 du code du travail
L'insertion par l'activité économique (IAE) a pour objet de permettre à des personnes sans emploi, rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières, de bénéficier de contrats de travail en vue de faciliter leur insertion professionnelle. Elle met en œuvre des modalités spécifiques d'accueil et d'accompagnement.

Une mission sociale comme cœur de métier

Le recrutement de personnes éloignées de l’emploi

Les dirigeants des SIAE embauchent des personnes en difficulté sociale et professionnelle. Il peut s’agir de jeunes sans qualifications, de bénéficiaires de minima sociaux, de chômeurs de longue durée, de seniors, etc., généralement identifiés par Pôle emploi ou par des Missions locales, des Plans locaux d’insertion par l’économique (Plie) ou encore des Maisons de l’emploi.

Un accompagnement spécifique

Les SIAE proposent un accompagnement spécifique et individualisé à leurs salariés qui, à un moment de leur vie, ont connu des difficultés d’accès à un emploi durable. L’objectif est de les aider à résoudre leurs problématiques (de logement, de mobilité, d’endettement, de santé, etc.) et les orienter vers le marché du travail classique.

Un sas vers l’emploi durable

Les salariés en parcours quittent la structure d’insertion qui les a embauchés au bout de deux ans maximum, avec pour objectif de mettre à profit les compétences, les qualifications, l’autonomie et la confiance qu’ils ont acquises au fil de leur parcours dans le milieu du travail plus classique. La SIAE est considérée comme un sas vers l’emploi durable.

En vidéo
L’IAE, c'est quoi concrètement ?
Vidéo réalisée avec le soutien du Fonds Social Européen, de la Caisse des Dépôts et de la Délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle

Des acteurs économiques 

Une offre de biens et de services

Il serait difficile, pour les entrepreneurs de l’IAE, de faire de l’insertion socioprofessionnelle un cœur de métier sans avoir d’activité économique support. C’est la raison pour laquelle la plupart des structures d’insertion proposent une offre de biens et de services aux particuliers, mais aussi aux professionnels. Elles visent ainsi une double performance : sociale et économique.

Une présence dans tous les secteurs d’activité

Les  SIAE  produisent  le même type de biens et de services que les entreprises classiques. Elles se positionnent également sur des niches innovantes. Elles peuvent proposer une grande variété de prestations dans un nombre important de secteurs d’activité. Certaines ne produisent pas, mais proposent des prestations d’intérim d’insertion, utiles lors des surcroîts d’activité ou pour le remplacement ponctuel de collaborateurs.

Les structures d'insertion par l'activité économique
Les structures d'insertion par l'activité économique - © Avise

Les cas particuliers des GEIQ et des Régies de quartier

Les 200 groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ), qui sont également une composante de l’IAE, mettent à disposition du personnel auprès de leurs entreprises adhérentes. Les Régies de quartier peuvent, quant à elles, relever de l’une ou l’autre de ces deux catégories selon leur conventionnement.