Back to top

Les priorités des départements achats en 2017

Cette étude, publiée par le cabinet de conseil AgileBuyer et X-Achats, l’association des acheteurs Polytechniciens, souligne la diminution des objectifs développement durable/RSE dans les stratégies Achats des organisations publiques et privées pour l’année 2017. Réactions de Gérard Brunaud, Secrétaire général de l’Observatoire des achats responsables (ObsAR). 

Une nouvelle étude, publiée par le cabinet de conseil AgileBuyer et X-Achats, l’association des acheteurs Polytechniciens, souligne la diminution des objectifs développement durable/RSE dans les stratégies Achats des organisations publiques et privées pour l’année 2017. Réactions de Gérard Brunaud, Secrétaire général de l’Observatoire des achats responsables (ObsAR). 

L’étude AgileBuyer/X-Achats, intitulée « les priorités des départements achats en 2017, ou la manière dont seront gérés les fournisseurs » est basée sur un questionnaire administré à un panel d’environ 500 acheteurs publics et privés. Elle donne un aperçu de leurs axes de travail dans les prochains mois.

Au fil des ans, une tendance forte s’est confirmée : celle de l’intégration effective de la fonction achat à la stratégie plus globale des entreprises. L’acheteur n’est plus uniquement un « cost-killer », même si la réduction des coûts reste la priorité pour 82 % des personnes interrogées. Il prend de plus en plus des rôles à forte valeur ajoutée au sein des organisations, « comme celui d’apporteur d’innovations externes », précise Olivier Wajnsztok, directeur associé d’AgileBuyer. François Renard, Président de X-Achats, abonde en ce sens : « d'une fonction quasi administrative il y a quelques décennies, [la fonction achat] est devenue un acteur essentiel de la création de valeur dans l'entreprise ».

En matière d’intégration des enjeux de responsabilité sociétale, les achats seront pourtant, d’après les chiffres, moins performants en 2017 que les années précédentes. « Quasiment tous les secteurs sont en baisse significative concernant les sujets développement durable ou RSE » indiquent ainsi les auteurs de l’étude, après avoir analysé les chiffres.

En effet, 47% des sondés projettent d’avoir des objectifs Achats liés au développement durable ou RSE en 2017, soit une diminution de 7 points par rapport à 2016. Cette baisse est-elle pour autant symptomatique d’un désintérêt des acheteurs pour ces questions ? « Globalement, c’est la moitié des directions achats qui a des objectifs d’achats responsables, ce qui est bien meilleur qu’il y a 10 ans… et même 6 ou 7 ans ! » réagit Gérard Brunaud, Secrétaire général de l’Observatoire des achats responsables (ObsAR), association qui édite chaque année le baromètre des achats responsables.

Des disparités existent également entre secteurs d’activité. Ainsi, si seuls 37 % des acheteurs du secteur automobile et aéronautique déclarent avoir des objectifs développement durable/RSE pour 2017, ils sont 56% dans le secteur chimie/caoutchouc, et 55 % dans les secteurs santé et action sociale, et banque, assurance et communication/média. « Dans une période encore très marquée par la crise économique et par les volontés de profit immédiat, c’est plutôt un bon résultat », précise Gérard Brunaud.

Autre résultat intéressant, celui des achats « made in France ». Si l’étude montre que ces derniers « peinent toujours et de façon profonde à prendre leur essor dans le B-to-B », seuls 14% des personnes sondées déclarent qu’acheter français est trop cher. « Certes, il y a encore du boulot pour sensibiliser les décideurs et leur prouver par A + B que la RSE est un vecteur de progrès, y compris économique mais on progresse petit à petit », conclut Gérard Brunaud, « et l’introduction de ces objectifs dans les référentiels (norme ISO 20400, directive marchés publics, “due diligence” bientôt par l’OCDE, etc.) nous aide en accompagnant la prise de conscience de la nécessité de penser et d’agir pour le long terme ».

 

Sébastien Lévrier

 

Catégorie
Bilan / étude
Auteur
AgileBuyer/X-Achats
Date d'édition
Territoire
France