Back to top

Bilum

Collaborer avec des structures de l'insertion pour une offre de biens eco-responsables

Bilum est une maison de sacs et accessoires confectionnés en France, uniquement à partir de matières récupérées. Non contente d'agir uniquement pour le recyclage des matières, la fondatrice a également développé une chaîne de production socialement responsable via l'offre de services de plusieurs structures de l'insertion. 

La démarche en 8 questions
Questions à Hélène de La Moureyre, fondatrice de Bilum
Quelle est l’histoire de Bilum ?

"J’ai créé Bilum en 2005, après avoir travaillé 7 ans dans l’affichage évènementiel, notamment les toiles publicitaires géantes installées sur les périphériques des grandes villes, les façades d’immeubles en travaux, les grands magasins, etc.
A l’époque, rien ne se faisait pour ces toiles ultra résistantes en PVC, ni en termes de recyclage (il existe depuis Texyloop) que de réemploi ou transformation. Forte de ce que je voyais autour de nous dans les pays en voie de développement, où cette matière ultra résistante est récupérée et réutilisée (jusqu’à servir de toits dans les favelas), j’ai décidé de lancer Bilum. D’autant plus que ces toiles, imprimées aux couleurs d’un annonceurs, sont de facto très graphiques et colorées et pouvaient donc donner une fois coupées / cousues, de très beaux sacs et accessoires UNIQUES.
J’ai cherché de ateliers de confection à proximité de Paris, où je vis et d’où proviennent la plupart des matières. C’est un ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail, accueillant des personnes en situation de handicap), qui a été le premier à me faire confiance. Nous étions les premiers à nous lancer et le projet paraissait fou à l’époque. Beaucoup n’y croyaient pas. Et hop, l’aventure bilum a commencé ! "

 

Avez-vous une démarche de responsabilité sociétale ?

"Nous fonctionnons sur un circuit ultra court et emprunt de bon sens. Notre atelier-bureaux-show room, « laboratoire » est à Choisy le Roi (94600), où nous récupérons, stockons et préparons les matières. Nous les coupons et trions sur place, avec l’aide d’une entreprise d’insertion sociale, qui détache du personnel chez Bilum. Le nettoyage des toiles se fait à la main, toujours par le personnel détaché d’une entreprise d’insertion sociale (à l’éponge, avec des lessives vertes, morceau choisi par morceau choisi) Les fabrication, confection ou façonnage (selon la matière) sont confiés à différents ateliers ; 7 au total. Tous sont situés en France. 6 des 7 sont en région parisienne."

Avec quelle structure de l’IAE travaillez-vous ? En quoi consistent les prestations que vous lui confiez ?

"Nous travaillons avec une entreprise d’insertion pour la préparation / nettoyage des matières : Insertion Service, située à Saint-Maur-des-Fossés. Puis 3 ESAT / EA pour la confection des sacs et accessoires. Nous ne donnons pas leurs noms car les trouver a été si difficile et ils sont un peu « notre Graal » !

Les prestations que nous leurs confions :

  • Préparation, tri et nettoyage des matières (Insertion Service) 
  • Couture, confection, façonnage (ESAT) 
  • Impression de nos leaflets, imprimés sur papier cartonné PEFC, qui sont joints à chaque pièce (ESAT).

Nous envisageons la logistique demain pour notre boutique en ligne que nous sommes en train de complètement remodeler / moderniser (lancement mi juin)."

Citer un exemple de projet d’upcycling valorisant vos partenariats avec une SIAE

"Tous nos projets font appels à une SIAE. Elles font donc partie intégrante du process. Que ce soit dans la préparation, coupe et nettoyage d’une toile annonçant une exposition du musée du Louvre, ou des gilets de sauvetage d’Air France qu’ils préparent en enlevant le bec de gonflage, la tirette ou la sangle de blocage. Sans compter la fabrication."

 

Avez-vous remarqué certaines plus-values de ce partenariat par rapport à d’autres prestataires plus classiques ?

"Insertion Service, et plus généralement les entreprises ou associations d’insertion, nous offrent une grande souplesse d’intervention. Ils nous arrivent de prendre 3 personnes en même temps durant une semaine, puis personne pendant quelques jours. Travailler avec ces structures permet une grande élasticité indispensable dans notre métier où il n’y a aucune régularité et nécessite de l’élasticité."

Êtes-vous satisfaite par les prestations effectuées ?

"Entièrement. Certaines personnes sont parfois doublement plus efficaces que d’autres, et nous aimerions d’ailleurs les garder si nous le pouvions. Les tâches que nous leur confions sont assez simples au début et selon leur profil et compréhension, nous leur donnons plus. Quoiqu’il en soit, nous sommes toujours satisfaits. 

Comptez-vous travailler avec d’autres acteurs de l’insertion par l’activité économique ?

"Bien sûr. Nous avons lancé Bilum avec les sacs et accessoires confectionnés dans des toiles publicitaires géantes. Depuis nous travaillons des drapeaux, des uniformes, des ceintures de sécurité, des toiles d’airbag, des voiles de bateau, des affiches abribus papier... Au fur et à mesure de notre développement, nous travaillons avec de plus en plus d’acteurs et partenaires différents. Dans ce mouvement, nous continuerons ces partenariats pour la production de nos produits."

Quels sont vos projets à venir ?

"Continuer. Nous venons de signer un très beau partenariat avec Air France, pour la 3ème fois (après les toiles publicitaires puis les gilets de sauvetage). C’est encore confidentiel mais à suivre d’ici fin juin sur Bilum.fr . Et d’autres aussi inédits que ludiques en cours."

Hélène de La Moureyre, fondatrice de Bilum
"Travailler avec ces structures permet une grande élasticité indispensable dans notre métier où il n’y a aucune régularité et nécessite de l’élasticité."
En images

Les produits fabriqués par Bilum